90% de chances que la civilisation s’effondre d’ici 20 à 40 ans

90% de chances que la civilisation s’effondre d’ici 20…

Par Max Wilbert

Une nouvelle étude publiée dans Scientific Reports révèle qu’il y a 90 % de chances que la civilisation s’effondre de manière irréversible dans les 20 à 40 prochaines années.

Le rapport, publié le 6 mai par le Dr Gerardo Aquino, associé de recherche à l’Institut Alan Turing de Londres, et le professeur Mauro Bologna du département d’ingénierie électronique de l’Université de Tarapacá au Chili, utilise la modélisation statistique et logistique pour examiner la destruction de la planète, et se concentre spécifiquement sur la déforestation et la croissance démographique.

En reliant statistiques et tendances de la consommation des ressources et en effectuant des milliers de simulations avec différentes hypothèses, Aquio et Bologne prédisent l’évolution la plus probable de la future société humaine.

Les chercheurs concluent que la civilisation a « une très faible probabilité, moins de 10% dans l’estimation la plus optimiste, de survivre sans faire face à un effondrement catastrophique ».

Cela ne devrait pas être une surprise. La forme d’organisation sociale que nous appelons civilisation (un mode de vie basé sur la croissance des villes) a commencé il y a environ 10 000 ans, et depuis lors, cette forme de société a réduit le nombre d’arbres dans le monde d’au moins 46 % – et ceux qui restent sont, en moyenne, beaucoup plus petits et plus jeunes. Au rythme actuel de la déforestation, presque tous les arbres de la planète auront disparu dans les 100 à 200 prochaines années.

En outre, la civilisation (et sa forme moderne, la civilisation industrielle) provoque une extinction massive à l’échelle mondiale, modifie la composition de l’atmosphère et provoque un changement climatique global, pollue les plus hautes montagnes et les plus profondes tranchées océaniques avec des produits chimiques industriels et des plastiques, désertifie et érode de vastes portions des sols de la planète via l’agriculture, et fragmente et détruit les habitats restants via les réseaux routiers et l’urbanisation.

La plupart des gens perçoivent l’effondrement comme une chose terrible, et en effet, un effondrement mondial entraînera beaucoup de souffrance, de maladies et de morts. Mais la réalité est qu’une grande quantité de souffrance se produit déjà actuellement, causée par le fonctionnement continu de la civilisation industrielle. Selon les recherches de Cornell, 40 % de tous les décès humains sont causés par la pollution de l’air, de l’eau et du sol. La pandémie de CoViD-19 est le résultat direct de la civilisation et de la destruction des forêts.

De plus, l’effondrement à ce stade est peut-être inévitable. Comme l’explique le livre Deep Green Resistance, « Nous sommes en état de dépassement en tant qu’espèce. Une partie importante des personnes actuellement en vie pourrait devoir mourir avant que nous soyons à nouveau en dessous de notre capacité de charge, et cette disparité s’accroît. Chaque jour, la capacité de charge est réduite par des centaines de milliers d’humains et chaque jour, la population humaine augmente de plus de 200 000 personnes. Les personnes qui s’ajoutent chaque jour à ce dépassement sont des morts inutiles. Retarder l’effondrement, comme ils disent, est en soi une forme de meurtre de masse ».

Si cela vous préoccupe, comme je le suis, comme nous devrions tous l’être, vous devriez songer à relocaliser la production alimentaire et à faciliter la transition hors de l’agriculture industrielle. L’effondrement comporte à la fois des aspects positifs (diminution de la pollution, réduction de l’exploitation forestière, fin du transport maritime international, réduction de la consommation d’énergie, etc.) et des aspects négatifs (effondrement des structures sociales, des systèmes médicaux,augmentation de la demande sur les forêts locales, etc.) ). Il convient de les gérer et de s’y préparer.

À long terme, l’effondrement profitera à la fois aux humains et à la nature en mettant un terme à la civilisation industrielle et à sa pollution, au réchauffement climatique, à la désertification, etc. Un autre physicien, Tim Garrett, de l’université de l’Utah, a mené des recherches sur le réchauffement climatique et a conclu que « seul un effondrement économique complet permettra d’éviter un changement climatique mondial incontrôlé ».

Il existe plus de 400 zones mortes océaniques créées par le ruissellement des engrais et des nutriments provenant des fermes industrielles. Une seule s’est rétablie : la zone morte de la mer Noire, qui a guéri après l’effondrement de l’Union soviétique et l’effondrement de l’agriculture industrielle dans la région. La région abrite désormais une faune sauvage et des populations de poissons en bonne santé, qui soutiennent une économie locale plus forte.

En fin de compte, notre santé et notre réussite en tant qu’êtres humains sont inséparables de la santé de la planète. Détruire la Terre pour un enrichissement temporaire est une forme lente de suicide. Mais plus profondément que cela, c’est du matricide, du parricide, du fratricide, du sororicide. C’est le meurtre de sa propre famille. Nous ne prospérerons que lorsque le monde naturel, notre famille, prospérera également. Les êtres humains ne sont pas condamnés à détruire la planète.

Nous pouvons vivre autrement, et c’est d’ailleurs notre seul espoir.

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
4 Comments
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Raph
Raph
1 année il y a

Lien vers l’article en question SVP ???

Thibz
Thibz
1 année il y a
Reply to  Raph
Nico
Nico
11 mois il y a

L’article en question :
https://www.nature.com/articles/s41598-020-63657-6
Deforestation and world population sustainability: a quantitative analysis