Les milliardaires « verts » sont derrière le réseau d’activistes professionnels qui a amené à la suppression du documentaire « Planet of the Humans »

Les milliardaires « verts » sont derrière le réseau d’activistes professionnels…

Le film « Planet of the Humans », produit par Michael Moore, a fait l’objet d’une campagne desuppression coordonnée, menée par des militants pour le climat professionnels soutenus par les mêmes milliardaires « verts », investisseurs de Wall Street, industriels et fondations familiales que dans le film.

Par Max Blumenthal

Nous devons reprendre le contrôle de notre mouvement environnemental et de notre avenir des mains des milliardaires et de leur guerre permanente contre la planète Terre. Ils ne sont pas nos amis.

Jeff Gibbs, directeur de « Planet of the Humans »

Il est difficile d’imaginer un film américain qui ait provoqué un plus grand retentissement en 2020 que « Planet of the Humans ». Centré sur le thème de l’extinction de la vie sur Terre et sur les propositions fantaisistes pour la contrer, le documentaire est sorti gratuitement sur YouTube le 21 avril. Cette date était importante non seulement parce qu’elle était la veille du 50e anniversaire de la Journée de la Terre, mais aussi parce qu’une pandémie mondiale était en train de déchirer le tissu social américain et d’exposer le bilan humain du modèle économique mondialisé et obsédé par la croissance du pays.

Cependant, avant même la sortie de « Planet of the Humans », les producteurs du film avaient subi des pressions pour retirer leur film. À la sortie du film, un groupe d’activistes autoproclamés de la justice climatique a commencé à inonder le web d’accusations selon lesquelles il s’agissait d’un film raciste et « éco-fasciste » qui faisait délibérément la promotion des intérêts de l’industrie pétrolière et gazière. Lorsque « Planet of the Humans » a été brièvement retiré de YouTube à cause d’une revendication douteuse de droits d’auteur par un militant pour le climat en colère, l’organisation de défense de la liberté d’expression Pen America a publié une déclaration qualifiant les demandes de rétractation de campagne de censure coordonnée.

Qu’a donc fait ce documentaire pour susciter autant d’opposition de la part des figures et des voix des militants professionnels de la justice climatique ? Tout d’abord, il a sondé les lacunes bien établies des sources d’énergie renouvelables comme l’énergie solaire et éolienne qui ont été vendues comme des panacées vertes. « Planet of the Humans » a présenté ces technologies comme étant tout sauf vertes, en faisant le point sur les dommages environnementaux déjà causés par les parcs solaires et éoliens, dont la production nécessite de lourdes opérations d’extraction et de fusion qui détruisent des pans entiers de terres vierges et dont l’exploitation nécessite parfois du gaz naturel.

Alors que les grands groupes environnementaux ont fait pression pour un Green New Deal afin de soutenir une révolution industrielle basée sur les énergies renouvelables, et qu’ils comptent maintenant sur une présidence démocrate pour mettre en œuvre leurs propositions, « Planet of the Humans » a émis une critique radicale qui a remis en question l’ensemble de leur programme.

Comme l’explique le réalisateur du documentaire, Jeff Gibbs, « Lorsque nous nous concentrons sur le changement climatique comme l’unique chose qui détruit la planète et que nous exigeons des solutions, nous sommes emportés par les forces du capitalisme qui veulent continuer à nous vendre la désastreuse illusion que nous pouvons nous extraire de la route vers l’extinction grâce aux mines, aux fonderies et à l’industrialisation. Et encore une fois, en coulisses, une grande partie de ce que nous faisons pour « sauver » la planète consiste à brûler ce qui vit sur Terre pour en faire de l’énergie verte ».

« Planet of the Humans » a franchi une autre ligne verte en visant les militants autoproclamés de la justice climatique eux-mêmes, les dépeignant comme des opportunistes volontairement cooptés par des prédateurs capitalistes. Les cinéastes ont souligné le rôle de fondations familiales comme le Rockefeller Brothers Fund dans la constitution d’une classe d’activistes professionnels ouverts à des partenariats de greenwashing avec Wall Street et le Parti Démocrate ainsi qu’à des coalitions avec des militants anticapitalistes et des groupes anti-guerre.

Bill McKibben, fondateur de 350.org et gourou de l’activisme pour la justice climatique, apparaît dans « Planet of the Humans ». On le voit s’associer aux dirigeants de Wall Street et soutenir des campagnes de désinvestissement des combustibles fossiles qui permettent à de puissantes institutions de réorganiser leurs actifs dans les secteurs du plastique et de l’exploitation minière tout en redorant leur image. McKibben a même appelé les écologistes à coopérer avec le Pentagone, l’undes plus grands pollueurs et exportateurs de violence au monde, parce que ce dernier « a le potentiel d’atteindre les Américains qui n’écoutent pas les scientifiques ».

La critique la plus provocante contenue dans « Planet of the Humans » était peut-être la représentation de guerriers du climat à plein temps, parmi lesquels McKibben, comme étant des lobbyistes de facto pour les milliardaires des technologies vertes et les investisseurs de Wall Street déterminés à mettre la main sur l’énorme pactole de 50 trillions de dollars de bénéfices que représente une transition complète vers les technologies renouvelables. Pourquoi des personnalités comme Eric Schmidt, PDG de Google, Michael Bloomberg, Richard Branson, de Virgin, et Elon Musk, fondateur de Tesla, ont-ils investi leurs fortunes dans la défense du climat ? Le documentaire se moque de ceux qui considèrent les offrandes de ces oligarques comme des gestes de bonne foi.

Pendant des années, les critiques de gauche de l’activisme climatique professionnel ont été largement relégué aux blogs comme Wrong Kind of Green, qui conserve des archives inestimables de travaux critiques sur la cooptation de grandes organisations environnementales par la classe des milliardaires. Les écologistes de premier plan auraient pu faire passer pour du bruit de fond leur examen approfondi par les groupes radicaux d’Internet ; cependant, ils n’ont pas pu ignorer « Planet of the Humans ».

C’est parce que le documentariste oscarisé Michael Moore a mis son nom sur le film en tant que producteur exécutif, aux côtés de son producteur de longue date, Gibbs, et du chercheur universitaire Ozzie Zehner. « Michael Moore valide ce film », m’a dit Josh Fox, le cinéaste qui a mené la campagne contre « Planet of the Humans ». « Donc si le nom de Michael Moore n’est pas sur ce film, il passera inaperçu parmi des milliers d’autres films de merde.

« En accumulant des millions de vues après seulement un mois sur YouTube, « Planet of the Humans » a menacé de provoquer un débat sans précédent sur la corruption de la politique environnementale par les 1%. Mais grâce à la campagne menée par Fox et ses alliés, une grande partie du débat s’est focalisée sur le film lui-même et sur la crédibilité de ses producteurs.

« J’avais le sentiment que le film allait hérisser quelques poils, mais je n’étais pas préparé à cette réaction de la part de ce qui s’est avéré être un groupe de personnes qui agissent comme une chambre d’écho – toutes liées aux mêmes organismes de financement », a déclaré Zehner. « C’est un cercle assez étroit et ce fut un choc très fort et virulent.

« La ligne d’attaque qui a peut-être le plus retenu l’attention des milieux progressistes est une partie alambiquée du film sur les dangers de la croissance démographique et de la surconsommation interprétée comme malthusienne, voire raciste. Zehner m’a dit qu’il considérait ces attaques comme opportunistes, mais « du point de vue des relations publiques, elles étaient efficaces. Ce que nous essayions de faire, c’était de souligner les dangers d’un modèle économique basé sur la consommation ».

Le tollé de « Planet of the Humans » a également été dû au fait que les énergies renouvelables y sont présentées comme des sources d’énergie très imparfaites qui sont également corrosives pour l’environnement. Bon nombre de ces attaques ont accusé la présentation des énergies solaires et éoliennes dans le film d’être dépassée et remplie de désinformation. Curieusement, les militants professionnels qui ont coordonné la campagne pour enterrer « Planet of the Humans » ont occulté un tiers entier du documentaire qui portait sur la corruption et la cooptation des politiques environnementales par les fondations « vertes » et les investisseurs « verts ». Comme le révélera cette enquête, ces militants pour la justice climatique étaient liés par le soutien des mêmes fondations familiales, des investisseurs milliardaires et des intérêts industriels qui sont épinglés dans le film. »

« De la censure, purement et simplement »

Le chef de file de la campagne de suppression de « Planet of the Humans » a été Josh Fox, le réalisateur du film « Gasland », nominé aux Oscars, qui a mis en lumière les pratiques destructrices inhérentes à la fracturation hydraulique. Fox a lancé la campagne avec une lettre à signer demandant que le documentaire soit retiré par ses producteurs. Puis, dans un pamphlet incendiaire publié dans The Nation, il a qualifié Michael Moore de « nouveau mouchard du pétrole et du gaz », de raciste et d’éco-fasciste pour avoir produit le film.

Comme l’a rapporté le vidéaste Matt Orfalea, la croisade de Fox a commencé la nuit de la sortie du film de Moore, avec un e-mail envoyé massivement aux éditeurs en ligne dans lequel il qualifie le documentaire de « GIGANTESQUE TAS DE MERDE ». Fox a ordonné : « Il doit être retiré de vos pages immédiatement.

« Quelques heures plus tard, Fox a renvoyé un autre courriel tempétueux à un groupe de professionnels des relations publiques. « Un certain nombre de sites web réputés hébergent cette abomination et j’ai besoin de votre soutien pour les amener à la faire disparaître », a-t-il écrit. Le lendemain, Fox s’est rendu sur Twitter pour assurer à son allié, le fondateur de 350.org, Bill McKibben, qu’il « est sur le coup ».

Ensuite, Fox a organisé une lettre à signer exigeant que le film « soit retiré par ses créateurs et distributeurs et que des excuses soient présentées pour son contenu trompeur ». Parmi les signataires de la lettre figurait Leah C. Stokes, universitaire et défenseuse des énergies renouvelables, qui a proclamé son souhait dans un article de Vox que « ce film soit enterré et que peu de gens le regardent ou s’en souviennent ».

Le 24 avril, Josh Fox a affirmé avoir réussi à faire pression sur une vidéothèque en ligne, Films For Action, pour qu’elle retire « Planet of the Humans » de son site web. Sa victoire s’est avérée prématurée, puisque Films For Action a rediffusé le film et a publiquement condamné la campagne de Fox visant à le faire tomber dans l’oubli. La pression incessante de Fox et de ses alliés a finalement déclenché une déclaration fracassante de PEN America, le groupe de défense de la liberté d’expression. « Les appels à retirer un film en raison d’un désaccord avec son contenu sont des appels à la censure, purement et simplement », a déclaré PEN America.

« Écoutez, personne n’a appelé à censurer ce film », m’a soutenu Fox. « Nous avons demandé aux cinéastes, dans le cadre de leur communauté, de le retirer, parce qu’il s’en prenait injustement à des gens que nous savons être de bonnes et honnêtes personnes et que son postulat était mauvais et erroné ».

Fox a comparé « Planet of the Humans » au monologue de l’animateur radio Mike Daisey sur la visite de l’usine Foxconn en Chine où sont fabriqués les iPhones, et qui a été retiré par NPR après la découverte de falsifications importantes. « Il est clair pour moi que les cinéastes… ont mis des informations incorrectes dans le film qu’ils savaient être incorrectes. Ce truc est passé de date », a déclaré Fox à propos du documentaire produit par Moore. Et beaucoup, beaucoup de gens de notre milieu, que je ne connaissais même pas, les ont contactés avant la sortie du film et leur ont dit : « Cette information est fausse. À quoi jouez-vous? »

Fox était particulièrement en colère contre Michael Moore pour avoir associé sa réputation au film. Il a décrit le célèbre réalisateur comme l’un des « méchants » ; « un multimillionnaire mégalomane qui a un besoin d’attention sans précédent » ; « l’éléphant d’une tonne dans la pièce » ; le réalisateur d’un film « raciste » et « éco-fasciste » ; et « un aboyeur de cirque multimillionnaire » coupable de « faute professionnelle journalistique ».

« Le vrai tyran, c’est Michael Moore », a soutenu Fox. « Ce n’est pas moi. » Bien que Fox et ses alliés n’aient pas réussi à effacer « Planet of the Humans » de l’Internet, le documentaire a été momentanément retiré de YouTube en raison d’une revendication de droits d’auteur par un photographe britannique nommé Toby Smith. Dans un tweet qu’il a ensuite effacé, Smith a déclaré que son opposition au film était « personnelle », le qualifiant de « document de merde sans fondement, construit sur des conneries et des violations incessantes des droits d’auteur ».

Alors que les attaques sur « Planet of the Humans » faisaient boule de neige, le réalisateur Jeff Gibbs tentait de défendre son film. Suite à un article du Guardian qualifiant le film de « dangereux », Gibbs a envoyé un e-mail aux rédacteurs d’opinion du journal pour demander un droit de réponse. Il m’a dit qu’ils n’avaient jamais répondu. Cependant, quelques heures seulement après que la revendication des droits d’auteur de Toby Smith, motivée par des raisons politiques, ait incité YouTube à retirer le documentaire de Gibbs, il a déclaré que le Guardian l’avait contacté pour lui demander son avis. « Comment ont-ils su ça si tôt ? » s’est-il demandé.

Quelques journalistes de gauche ont également tenté de repousser les attaques. Mais dans presque tous les cas, ils ont été rappelés à l’ordre par leurs rédacteurs en chef ostensiblement progressistes. Christopher Ketcham, auteur de « This Land : How Cowboys, Capitalism, and Corruption are Ruining the American West », était parmi ceux qui n’ont pas pu trouver de lieu pour défendre le documentaire.

« J’ai rencontré très peu de rédacteurs suffisamment radicaux pour pouvoir avoir des conversations extrêmement difficiles sur la réduction d’échelle, la simplification et le virage (dans le monde développé) vers une diminution de la richesse qu’un système d’énergie 100 % renouvelable entraînera nécessairement », m’a fait remarquer Ketcham. Vous voyez, ils ont besoin de croire qu’ils peuvent conserver leurs droits aux subventions carbone, leurs jouets, leurs voyages d’agrément – sans changement de comportement ni limites – et que tout cela sera vert et durable ».

Naomi Klein, peut-être l’écrivaine de gauche la plus en vue sur les questions climatiques en Occident, n’est pas intervenue pour défendre « Planet of the Humans ». Au lieu de cela, la chroniqueuse d’Intercept, activiste sociale et titulaire de la chaire Gloria Steinem en médias, culture et études féministes à l’université Rutgers a été l’une des premières à participer à la campagne visant à supprimer le film.

Selon McKibben, « Naomi [Klein] avait en fait pris Moore à part dans une salle de MSNBC » avant la sortie du documentaire pour faire pression sur lui contre la publication du film. Klein a ensuite signé la lettre ouverte de Josh Fox demandant que le film soit retiré. Sur Twitter, Klein a condamné « Planet of the Humans » comme étant « vraiment démoralisant », et a fait la promotion d’un « blog de fact checking » du film par Ketan Joshi, un ancien agent de communication pour la société australienne de parcs éoliens Infigen Energy.

Exploiter un avenir vert et en enterrer le coût.

Comme la plupart des opposants à « Planet of the Humans », Ketan Joshi a dépeint le documentaire comme « un éléphant ivre dans le magasin de porcelaine qu’est le laborieux mouvement environnemental en 2020 ». Et avec d’autres critiques, il a accusé les coproducteurs du film, Gibbs etZehner, de malmener exagérément l’efficacité des énergies renouvelables. Pour illustrer son propos, il a fait référence à une scène représentant le réseau solaire de Cedar Street à Lansing, dans le Michigan, avec des panneaux solaires flexibles ayant un rendement de 8 %- censé produire de l’électricité pour dix foyers seulement. Comme cette scène fait partie d’une séquence tournée en 2008, Joshi l’a utilisé comme une preuve de « l’extrême ancienneté » du film.

Cependant, en février dernier, la publication spécialisée dans l’énergie solaire, PV Magazine, a constaté que la nouvelle gamme de panneaux solaires souples de Tesla avait un taux d’efficacité de 8,1% – pratiquement le même que ceux décrits dans « Planet of the Humans ». S’il est vrai que les panneaux solaires monocristallins présentent un taux de rendement plus élevé (entre 15 et 18 % en version commerciale), ils étaient également sur le marché en 2008. Toutefois, ces panneaux sont nettement plus chers que les panneaux flexibles, moins efficaces. Et leurs niveaux d’efficacité ne tiennent pas compte de l’intermittence inhérente à l’énergie solaire, qui ne fonctionne pas bien par temps nuageux ou sombre.

Pourtant, selon Josh Fox, l’opposant le plus véhément de « Planet of the Humans », les capacités de l’énergie solaire et d’autres formes d’énergie prétendument aptes à sauver la planète étaient si bien établies qu’elles étaient incontestables. « Le film part du principe que les énergies renouvelables ne fonctionnent pas et qu’elles dépendent des combustibles fossiles. Ceci est complètement ridicule », m’a fait remarquer Fox. Et la raison pour laquelle je me suis impliqué là-dedans est que de jeunes environnementalistes – des jeunes gens qui militent avec détermination – m’ont appelé au milieu de la nuit, en panique, pour me dire : « Je n’arrive pas à y croire! » Je les ai regardés et je leur ai dit : « Eh bien, il y a une raison pour laquelle vous ne pouvez pas croire à cela ; c’est parce que ce n’est pas vrai ».

Mais la présentation des sources d’énergie renouvelables dans « Planet of the Humans » était-elle vraiment fausse ? L’économiste écologique William Rees a affirmé que « malgré la croissance rapide de la production éolienne et solaire, la transition vers l’énergie verte ne se produit pas ». Cela pourrait être dû au fait que le but est de poursuivre la croissance énergétique au lieu de la freiner. Rees a souligné que l’augmentation de la demande mondiale d’électricité l’année dernière « a dépassé la production totale de l’ensemble des installations solaires accumulées depuis 30 ans dans le monde ».

N’y a-t-il donc pas de motifs raisonnables de s’inquiéter du caractère réalisable d’une transition complète vers les énergies renouvelables, en particulier dans une économie hyper-capitaliste et obsédée par la croissance comme celle des États-Unis ? Une étude scientifique de septembre 2018 a livré certaines conclusions qui contredisent les affirmations des défenseurs des énergies renouvelables. Une équipe de recherche a mesuré les centrales thermiques solaires actuellement en fonctionnement dans le monde et a découvert qu’elles dépendent de « l’utilisation intensive de matériaux », terme employé pour définir les minerais extraits des grandes extractions minières.

De plus, les chercheurs ont découvert que la production de ces centrales était entachée d’une « intermittence saisonnière significative » due à l’évolution des conditions météorologiques et au simple fait que le soleil ne brille pas toujours.

L’impact négatif des parcs éoliens géants sur l’environnement et les communautés marginalisées – un problème souligné dans « Planet of the Humans » – est également très préoccupant, en particulier dans le Sud. Alexander Dunlap, anthropologue et auteur de « Renewing Destruction : Développement de l’énergie éolienne, conflit et résistance dans un contexte latino-américain », a publié une étude de 2017 sur les parcs éoliens de la région indigène de Tehuantepec, dans l’État d’Oaxaca au Mexique, qui a été présenté comme l’un des meilleurs sites de production d’énergie éolienne au monde. Dunlap a constaté que les projets soi-disant renouvelables « ont largement renforcé les inégalités de revenu, ont favorisé l’enracinement de la pauvreté et ont augmenté la vulnérabilité alimentaire et la dépendance des travailleurs à l’égard de la construction de plus de parcs éoliens, ce qui, cumulativement, a conduit à une augmentation de l’émigration liée au travail et à la dégradation de l’environnement ».

Lorsque les éoliennes atteignent la fin de leur cycle de vie, leurs pales en fibre de verre, qui peuvent être aussi longues qu’un terrain de football, sont impossibles à recycler. Elles finissent donc entassées dans des décharges rurales à travers les États-Unis. Dans le même temps, le magazine écologiste Grist a mis en garde en août dernier contre la « surabondance de déchets électroniques solaires » qui produira des « mégatonnes de déchets toxiques » lorsque les panneaux solaires commenceront à perdre de leur efficacité et à mourir.

En réponse à mes questions sur les énergies dites renouvelables, Fox m’a orienté vers un de ses proches alliés, Anthony Ingraffea, qui a signé sa lettre appelant au retrait de « Planet of the Humans ». Ingénieur civil et co-fondateur de Physicians, Scientists and Engineers for Healthy Energy, qui plaide en faveur des énergies renouvelables, Ingraffea est un ancien employé de l’industrie pétrolière et gazière qui s’est transformé en un adversaire acharné de la fracturation. Au cours des six dernières années, il a réalisé des évaluations scientifiques pour les gouvernements de l’État de New York et de la Californie sur la transition vers des sources d’énergie essentiellement renouvelables.

Ingraffea a fustigé « Planet of the Humans » comme étant « mal fichu » et a tourné en dérision les recherches d’Ozzie Zehner, le coproducteur, en les qualifiant de « merde conspirationniste ». Il a comparé ses références avec celles de Zehner, se vantant que, d’avoir obtenu 15 000 citations dans des revues universitaires évaluées par des pairs au cours de sa carrière d’ingénieur, alors que Zehner n’en avait obtenu que 300.

Lorsque j’ai abordé le sujet des dommages sociaux et environnementaux causés par les énergies dites renouvelables, Ingraffea a fait valoir que la combustion, le stockage et le transport des combustibles fossiles étaient bien supérieurs à tous ces coûts. Selon Ingraffea, lorsque l’État de New York fera une transition décisive vers les énergies renouvelables, seuls 2 % environ des terres de l’État seront occupés par des parcs solaires et éoliens – ce qui représente environ 1800 km carrés.

Il a indiqué à l’état de New York que la loi de l’Assembly’s Climate Leadership and Community Protection était la projection des partisans d’une transition quasi totale vers les énergies renouvelables. Le projet de loi, qui demande à l’État de produire 70 % de l’énergie du secteur public à l’aide de « systèmes d’énergie renouvelable » d’ici 2030, prévoit également que « 35 % des investissements dans les énergies propres et l’efficacité énergétique soient investis auprès des communautés défavorisées ».

« C’est la sagesse qui parle », a déclaré M. Ingraffea à propos de la législation. « C’est pour vous dire que oui, nous sommes conscients du problème dont vous nous dites que nous devrions être conscients. Oui, nous ne sommes pas tous idiots. Nous ne sommes pas tous fous. Nous ne sommes pas tous fanatiques. Tous les techniciens intellos ne tombent pas amoureux des panneaux solaires et ne veulent pas leur faire l’amour. »

Cependant, les communautés (ou leurs représentants désignés par les ONG) supposées avoir des compensations grâce au projet de loi de l’État de New York ne sont pas situées dans les régions qui seront les plus touchées par l’extraction nécessaire à la fabrication des énergies soi-disant renouvelables. Déjà dévastées par les coups d’État et l’exploitation néocoloniale, des pans entiers des pays du Sud, de la Bolivie au Congo – où se trouvent d’énormes réserves de cobalt extrait à la main dans des « conditions d’esclavage » pour les batteries de voitures électriques et les iPhones – sont encore plus déstabilisés par la ruée vers les minerais.

Même les écologistes mainstream reconnaissent que la dépendance croissante à l’égard des énergies renouvelables « signifie beaucoup d’exploitation minière sale » pour extraire les minerais nécessaires aux batteries électriques et aux cellules solaires. Cette perspective a suscité l’enthousiasme au sein de l’industrie minière, l’éditeur de Mining.com, Frik Els, qualifiant les porte-parole du Green New Deal, Alexandria Ocasio-Cortez et Greta Thunberg, d' »héroïnes improbables de l’industrie minière ».

« Pour s’engager à fond dans l’économie verte et la décarbonation, il faut se ranger du côté des verts contre les combustibles fossiles », a déclaré Els à ses collègues de l’industrie minière. « Cela signifie qu’il faut vendre l’exploitation minière mondiale comme la solution au changement climatique, car l’extraction des métaux est la seule voie vers l’énergie verte et les transports verts ».

Comme on peut s’en douter, l’inévitable ruée vers les minerais nécessaires pour alimenter la révolution verte n’a pas vraiment enchanté les habitants du Sud. Evo Morales, l’ancien président indigène de Bolivie, a été chassé du pouvoir en 2019 par une junte militaire soutenue par les États-Unis et des oligarques locaux, dans ce qu’il a qualifié de coup d’État du lithium. La Bolivie possède les plus grandes ressources de lithium inexploitées au monde, et on estime qu’elle détient la moitié des réserves mondiales. Sous Morales, le pays a garanti que seules les entreprises publiques pourraient exploiter le minerai.

Le leader socialiste évincé a fait valoir que les multinationales soutenaient ses opposants de droite afin de mettre la main sur le lithium bolivien – un élément essentiel des batteries électriques qui constituent la pierre angulaire d’une économie numérique dépendant des smartphones, des ordinateurs portables et des véhicules électriques. « En tant que petit pays de 10 millions d’habitants, nous allions bientôt fixer le prix du lithium », a déclaré Morales. « Ils savent que nous avons les plus grandes réserves de lithium au monde, soit 16 000 kilomètres carrés.

Juste avant le coup d’État militaire en Bolivie, un rapport du Global Battery Alliance au Forum économique mondial a indiqué que la demande mondiale de batteries électriques sera multipliée par 14 avant 2030. Près de la moitié du lithium actuel est extrait pour produire des batteries électriques, et la demande de ce minerai ne fera qu’augmenter à mesure que les réseaux électriques intégreront des niveaux élevés de technologie de batteries et que la demande de véhicules électriques augmentera. Les batteries électriques sont également très dépendantes du cobalt, dont la majeure partie est extraite au Congo, et souvent dans des conditions illégales et dangereuses par le travail des enfants. En décembre 2019, plus d’une douzaine de plaignants congolais ont poursuivi Apple, Alphabet (la société mère de Google), Microsoft, Dell et Tesla, les accusant de « bénéficier sciemment de l’utilisation cruelle et brutale de jeunes enfants en République démocratique du Congo (« RDC ») pour l’extraction du cobalt et de s’en rendre complice ».

En juillet dernier, Elon Musk, le PDG de Tesla et le roi des batteries électriques, a semblé s’attribuer une partie du mérite du coup d’État militaire de 2019 qui a forcé le Bolivien Evo Morales à quitter le pouvoir, affirmant que les grands milliardaires de la technologie comme lui pouvaient « frapper qui ils voulaient ». Le bénéfice de cette exploitation minière polluante et mortifère, nécessaire à la fabrication des panneaux solaires, des éoliennes et des batteries électriques qui alimenteront la nouvelle révolution industrielle, est censé être une planète qui n’est plus confrontée à une « urgence climatique » – occultant au passage les dommages causés à la Terre et à ses habitants non humains. Mais avec une demande d’électricité en constante augmentation, est-il même possible d’alimenter une économie comme celle des États-Unis avec des sources d’énergie entièrement renouvelables (en dehors du nucléaire) ? Une projection scientifique réalisée par l’un des plus proches alliés de Josh Fox et d’Anthony Ingraffea était censée avoir répondu à cette question et mis fin à tous les doutes. Au lieu de cela, elle a suscité l’hostilité et l’embarras envers son auteur.

L’objectif de la transition de 2050 : vraie science ou boule de cristal trouble ?

Dans son article mettant « Planet of the Humans » au pilori dans The Nation, Fox a vanté « la prolifération des plans d’énergie 100 % renouvelable mis en avant par le professeur Mark Jacobson de l’université de Stanford « comme l’une des preuves les plus importantes réfutant le sombre récit du film ».

L’étude de Jacobson, selon le National Geographic, a été « une pierre angulaire » pour la proposition de Green New Deal présentée par le sénateur démocrate Ed Markey et la députée Alexandria Ocasio-Cortez. Elle était également au centre du plan énergétique mis en avant dans les campagnes présidentielles du sénateur Bernie Sanders, qui a co-écrit avec Jacobson un article d’opinion appelant à une transition complète vers une énergie « propre » d’ici 2050.

Jacobson, tout comme Ingraffea, est un ingénieur en environnement et un compagnon politique de Fox. Le professeur de Stanford a aidé Fox à fonder l’organisation de défense de l’environnement « Solutions Project », aux côtés de l’acteur Mark Ruffalo et du banquier et ancien dirigeant de Tesla Marco Krapels en 2011. (Plus d’informations sur ce groupe plus tard). En dépit de sa relation de travail avec Jacobson, Fox n’a pas reconnu que la projection du professeur sur les énergies renouvelables était fortement contestée par 21 scientifiques de premier plan dans le domaine de l’énergie au sein de la prestigieuse revue Proceedings of the National Academy of Sciences. Les scientifiques ont conclu que l’article de Jacobson était truffé « d’outils de modélisation non valables, qu’il contenait des erreurs de modélisation et qu’il formulait des hypothèses peu plausibles et insuffisamment étayées ».

Une étude du débat par Scientific American se moque de l’hypothèse surprenante de Jacobson qui énonce « que les barrages hydroélectriques américains pourraient ajouter des turbines et des transformateurs pour produire 1 300 gigawatts d’électricité instantanément… ou l’équivalent d’environ 1 000 grandes centrales nucléaires ou à charbon fonctionnant à pleine puissance ». Jacobson a riposté à ses critiques en intentant un procès en diffamation de 10 millions de dollars, qu’il a été contraint de retirer en 2018. Le commentateur juridique Kenneth White a décrit la poursuite comme « clairement vexatoire et destinée à faire taire toute dissidence concernant l’article d’un prétendu scientifique ».

En avril dernier, un juge de la Cour supérieure de DC a invoqué la législation anti-SLAPP (StrategicLawsuit Against Public Participation) qui aurait ordonné à Jacobson de payer les frais de justice des défendeurs. Ozzie Zehner, coproducteur de « Planet of the Humans », a vu dans la débandade de Mark Jacobson le symptôme d’un problème plus large au sein de l’activisme climatique mainstream. Lorsque ces écolos parlent de « faits », ils ne parlent souvent pas de ce que la plupart des gens considèrent comme des faits », a-t-il expliqué. « Ils parlent généralement de modèles, qui tentent de prédire l’avenir en se basant sur des estimations des conditions physiques, des projections et des hypothèses. Les industriels verts affirment qu’ils peuvent modéliser avec précision l’avenir des énergies renouvelables et leurs effets sur la biosphère mondiale. Mais notre meilleure science ne peut même pas modéliser un aquarium ».

Ingraffea a insisté sur le fait que le combat juridique de Jacobson ne faisait que commencer, et a déclaré que les critiques du professeur étaient « en partie motivées par le fait que Mark [Jacobson] s’est fait un nom très célèbre dans un domaine où travaillent beaucoup d’autres personnes, et qu’ils jalousent sa renommée ». Jacobson a fait écho à cette déclaration pour sa propre défense : « Ils n’aiment pas le fait que nous captions beaucoup d’attention, alors ils essaient de discréditer notre travail ». « Laissez-le tranquille », a demandé Ingraffea. « Bien sûr qu’il a tort. Personne n’a raison. Personne ne peut avoir raison maintenant sur ce qui va se passer dans 25 ans. Nous avons tous droit à nos projections. Nous avons tous droit à nos boules de cristal.

« Mais Ingraffea et ses alliés n’ont pas fait preuve de la même courtoisie envers les créateurs de « Planète des Humains ». « Nous n’avons pas pu identifier d’erreurs factuelles dans le film, et nous sommes ouverts à l’idée que nous pourrions nous tromper sur certaines choses », a déclaré Zehner. « Mais nous aimerions avoir ce débat et ne pas être muselés. » Parmi la vague d’attaques contre « Planet of the Humans », un nombre disproportionné a été lancé par des employés de l’industrie des énergies renouvelables, d’un « stratège de l’innovation » de la société Green Power Energy qui a été critiqué dans le film pour avoir défriché le sommet d’une montagne du Vermont pour construire un parc éolien (« Pour moi, ce film c’était personnel », a-t-il déclaré), jusqu’à Now You Know, un podcast de deux méga-fans d’Elon Musk qui se réfèrent au milliardaire par « Elon » et ont fièrement déclaré qu’ils sont « au taquet sur les actions Tesla ».

La critique cinglante du documentaire sur la corruption des politiques environnementales par les milliardaires et les fondations familiales est absente de presque toutes les attaques envers le film. »La conversation que nos critiques ne voulaient vraiment pas avoir concernait le dernier tiers du film », a remarqué Zehner, « qui traitait de l’influence des milliardaires et de l’argent dans le mouvement environnemental, et du simulacre de désinvestissement ».

Le jeu du désinvestissement des combustibles fossiles.

La tactique de désinvestissement des combustibles fossiles est au cœur du plan du mouvement dit de justice climatique pour vaincre l’industrie des combustibles fossiles. Lancée par le site 350.org de Bill McKibben et une coalition de militants professionnels peu après la réélection du président Barack Obama en 2012, la campagne a conduit des institutions comme l’université d’Oxford et Goldman Sachs à résilier leurs participations financières dans les sociétés pétrolières et gazières.

Des militants comme McKibben ont simultanément encouragé leurs soutiens à investir dans des fonds censés être exempts d’investissements dans les énergies fossiles. »Planet of the Humans » a procédé à un démontage en règle de cette tactique, démontrant ainsi comment les fonds d’investissement approuvés par 350.org se sont engagés dans un jeu de passe-passe dans lequel les actifs liés aux combustibles fossiles sont simplement remplacés par des investissements dans le plastique, dans les mines, dans les infrastructures des sociétés pétrolières et gazières, et dans la biomasse.

« Le gros problème avec le désinvestissement est qu’il absout le pouvoir destructeur de l’extrême richesse », a expliqué Zehner. « Il s’agit de dire que les fondations familiales peuvent être pardonnées et que l’argent peut être déplacé vers les infrastructures gazières et pétrolières, les mines, le solaire, l’éolien et la biomasse. Ils se désinvestissent des entreprises de marque exploitant le charbon tout en investissant dans des entreprises d’infrastructure qui soutiennent l’exploitation du charbon ».

Dans l’une des scènes les plus controversées de « Planet of the Humans », Bill McKibben a été vu inaugurant une usine de production d’énergie à biomasse, par combustion de bois, au Middlebury College, où il a été interne. Il a salué l’initiative comme étant « un acte de courage ». Parce que l’événement a eu lieu en 2009, McKibben et ses alliés ont attaqué la scène comme étant une représentation injuste de sa position actuelle.

Dans une réponse officielle de 350.org à « Planet of the Humans », McKibben a affirmé que ses vues sur la biomasse ont évolué, ce qui l’a conduit à cesser son soutien à cette source d’énergie en 2016. Pourtant, moins d’une semaine après que The Nation ait publié l’attaque incendiaire de Josh Fox contre Michael Moore et « Planet of the Humans », le rédacteur en chef de Nation, D.D. Guttenplan, a organisé un événement avec McKibben qui était sponsorisé par un fonds dont les investissements majeurs se trouvaient être dans des entreprises de biomasse bois-énergie.

Ayant appelé Domini Impact Investments, le fond prétend détenir des investissements dans « 68 entreprises… qui ont un impact sur les forêts et qui en dépendent, que ce soit pour les produits dérivés de la forêt ou les services écosystémiques ». L’une de ces entreprises est une société de transformation du bois en énergie appelée Ameresco, qui construit « de grandes usines de transformation de la biomasse en énergie », selon son site web.

Domini Impact présente également ses exploitations durables de bois d’œuvre, dont Klabin SA, une société dont les activités d’exploitation forestière s’étendent sur 240.000 hectares au Brésil. Klabin SA fabrique des produits de cellulose et de papier et exploite une usine de biomasse de liqueur noire de 270 MW sur place. En mai dernier, quelques jours seulement après que Domini ait parrainé la conférence de McKibben, la société a acheté une deuxième usine de biomasse.

(Fabio Schvartzman, l’ancien PDG de Klabin SA, a été accusé de 270 chefs d’accusation d’homicide au Brésil en janvier dernier, après avoir dissimulé les risques de rupture imminente d’un barrage pour protéger le cours des actions de sa société actuelle, Vale. L’effondrement du barrage de Mariana en 2019 a été décrit comme la pire catastrophe environnementale du Brésil).

En présentant l’événement parrainé par Domini avec McKibben, Guttenplan a déclaré : « En investissant dans les Domini Funds, vous pouvez contribuer à construire un meilleur avenir pour la planète et ses habitants, et faire partie d’un mouvement qui travaille à résoudre un large éventail de problèmes sociaux et environnementaux, notamment les droits de l’homme, l’atténuation du changement climatique et la gestion des forêts ».

Ni McKibben ni Guttenplan n’ont répondu aux demandes de commentaires par e-mail de The Grayzone. Domini Funds n’était pas le seul fonds d’investissement avec lequel McKibben s’est associé pour promouvoir le désinvestissement des combustibles fossiles – et qui s’est engagé dans le jeu de passe-passe exposé dans « Planet of the Humans ».

Dans ce qui est peut-être la scène la plus accablante du film, le narrateur Jeff Gibbs détaille comment McKibben a conseillé aux membres de 350.org de placer leur argent vers le Green Century Fund, un fond d’investissement qui se targue d’être « entièrement détenu par des organisations environnementales et de santé publique à but non lucratif », et exempt d’actions liées aux combustibles fossiles.

Cependant, comme l’a révélé « Planet of the Humans », les actions du Green Century Funds contiennent de gros investissements dans des sociétés minières, des sociétés d’infrastructures pétrolières et gazières, dont un exploitant de sables bitumineux, le géant des biocarburants Archer Daniels Midland, McDonald’s, Coca Cola (le premier fabriquant de pollution plastique au monde), des géants de l’exploitation forestière et de grandes banques, de Bank of America à HSBC.

Interrogé sur cette partie du film, Josh Fox l’a jugée obsolète. Il a affirmé que « l’idée même de ce qui constitue un fonds désinvesti a changé de façon radicale au cours des huit dernières années, passant d’abord des investissements dans le pétrole, le charbon et le gaz à des choses comme le plastique, l’industrie de la viande et ses dérivés et bien d’autres options ».

Cependant, une enquête sur les documents déposés en 2019 auprès de la Securities and Exchange Commission par le Green Century Funds a montré que le fonds détenait des milliers d’actions du géant de la viande McDonald’s et de Royal Caribbean Cruises, parmi d’autres méga-pollueurs. Le navire Harmony of the Seas de cette compagnie se trouve être le paquebot de croisière le plus toxique pour l’environnement sur Terre, comptant sur trois énormes moteurs diesel brûlant 250 000 litres de carburant par jour. Pour une traversée de l’Atlantique, le navire consomme la même quantité d’essence que plus de 5 millions d’automobiles parcourant la même distance.

Le dossier de Green Century auprès de la SEC se vante d’avoir obtenu l’engagement de Royal Caribbean « de rendre publiquement plus transparentes ses stratégies de gestion et de réduction des déchets alimentaires ». Elle prétend également avoir « aidé à convaincre McDonald’s, le plus grand acheteur de bœuf au monde, de restreindre l’utilisation des antibiotiques dans ses chaînes d’approvisionnement en bœuf et en poulet ».

Il s’agit d’un cas classique de greenwashing, dans lequel les mastodontes de l’industrie redorent leur réputation auprès des progressistes en adoptant des réformes cosmétiques qui ne remettent pas fondamentalement en cause leurs pratiques. Lorsque j’ai informé Fox des investissements en cours de Green Century dans les industries lourdement carbonées, il a dit : « Eh bien, je suis tout à fait pour une enquête sur ce sujet en partant de faits réels ». Fox a de suite enchaîné sur un autre reproche concernant « Planet of the Humans » : « Le film attaque Bill McKibben de manière injuste et mensongère. »

Mais est-ce vraiment le cas ? L’un des points les plus sensibles concernant McKibben et ses alliés dans « Planet of the Humans » – le fait qu’ils fonctionnent de facto comme des agents de relations publiques pour les milliardaires « verts » qui cherchent à tirer profit de la ruée vers les énergies renouvelables – n’a jamais trouvé de réponse cohérente. Mais comme le révèle cette enquête, les combattants du climat critiqués dans le film sont parrainés par nombre de ces mêmes milliardaires, ainsi que par le réseau de fondations familiales qui aident à définir l’agenda de groupes comme 350.org.

Le Rockefeller Brothers Fund couve 350.org.

Dans ce qui est peut-être la scène la plus gênante de « Planet of the Humans », Bill McKibben est montré visiblement nerveux alors qu’un interviewer l’interroge sur le soutien de la fondation envers 350.org. « Nous ne sommes pas exactement une grande organisation écologique », a insisté McKibben lors d’un entretien avec la journaliste spécialiste du climat Karyn Strickler en 2011. « Je suis bénévole et nous avons sept personnes qui travaillent à plein temps sur cette campagne. »Avec un sourire révélateur sur son visage, Strickler a demandé à McKibben comment son groupe se maintenait à flot. « Lorsque nous avons de l’argent, il nous provient de quelques fondations en Europe et aux États-Unis », a insisté McKibben. Il mentionne « une fondation basée en Suède, je crois qu’elle s’appelle la Fondation Rasmussen. Je pense qu’elle a été notre plus grand bailleur de fonds ». Après que Strickler l’ait poussé un peu, McKibben, visiblement mal à l’aise, révèle que le « Rockefeller Brothers Fund nous a donné de l’argent dès le début. Cela nous a été utile aussi ».

Cependant, le Rockefeller Brothers Fund et Rasmussen n’assistaient pas à la naissance de 350.org depuis leurs lointaines contrées. En fait, les frères Rockefeller ont contribué à la création de 350.org et à l’orientation du programme de l’organisation. Tout a commencé lorsque la fondation a créé un groupe appelé 1Sky avec une subvention d’un million de dollars. McKibben a immédiatement rejoint le groupe en tant que membre du conseil d’administration. Comme le documente l’écologiste radicale Cory Morningstar, le lancement de 1Sky a été annoncé lors d’une réunion de la Clinton Global Initiative en 2007 par l’ancien président Bill Clinton, qui se tenait sur scène aux côtés du président du Rockefeller Brothers Fund, Stephen Heintz. Quatre ans plus tard, les frères Rockefeller ont annoncé « le mariage excitant de 1Sky et 350.org – deux bénéficiaires du programme de développement durable du Rockefeller Brothers Fund ».

La raison pour laquelle McKibben était si mal à l’aise pour discuter de sa relation avec Rockefeller n’est pas claire. Il craignait peut-être que l’organisation qu’il décrivait comme une « modeste entité négligée » ne soit considérée comme un nœud central du complexe industriel à but non lucratif dirigé par les donateurs. Quelles que soient ses motivations, depuis l’échange désagréable avec Strickler, le Rockefeller Brothers Fund a contribué à hauteur de plus d’un million de dollars à l’organisation 350.org de McKibben.Aux côtés d’un réseau de fondations et de milliardaires « verts », le Rockefeller Brothers Fund et sa dotation de 1,2 milliard de dollars sert de moteur principal au réseau de soi-disant militants de la « justice climatique » qui ont cherché à faire taire « Planet of the Humans ». Ces intérêts se sont regroupés autour de l’Environmental Grantmakers Association (EGA), qui est située dans les bureaux new-yorkais du Rockefeller Family Fund.

L’EGA permet aux fondations d’élite et aux donateurs milliardaires de cultiver un cadre de « petites mains » professionnels lors de séminaires dans des lieux pittoresques. Une étudiante participant pour la première fois a déclaré que l’expérience du séminaire avait été conçue dans « l’intention de renforcer les relations entre les bailleurs de fonds et de construire des relations au sein du mouvement environnemental ». Dès son arrivée, elle a été « accompagnée par des mentors, des gens qui avaient participé à d’autres séminaires de l’EGA pour nous montrer les ficelles ».

Ces rencontres ont lieu dans la vallée de Napa, en Californie, ou à la station de Mohonk Mountain House dans la vallée de l’Hudson à New York. Un rapport de la Fondation Threshold a décrit le thème du séminaire d’automne 2015 de l’EGA à Mohonk : «  »Financez les combattants! » C’est l’appel de ralliement des personnalités connus comme Mark Ruffalo ou Naomi Klein ».

Conformément à sa relation avec le réseau de cadres et d’organismes environnementaux de l’EGA, comme 350.org, le Rockefeller Brothers Fund s’est engagé dans leur campagne de désinvestissement des combustibles fossiles, en se défaisant de ses actions dans le pétrole et le charbon tout en augmentant ses actifs dans d’autres industries qui peuvent difficilement être qualifiées de vertes. Un coup d’œil aux résultats de la fondation permet de découvrir un autre exemple inquiétant dans ce jeu de désinvestissements.

Les frères Rockefeller se mettent au « vert » et investissent dans Halliburton.

En 2014, à la suite de consultations avec 350.org, le Rockefeller Brothers Fund a annoncé qu’il se retirait des combustibles fossiles. « Nous étions extrêmement mal à l’aise avec l’ambivalence des programmes de financement autour de la catastrophe climatique tout en étant encore investis dans les combustibles fossiles qui nous rapprochaient de cette catastrophe », a déclaré Stephen Heintz, président du Rockefeller Brothers Fund.

En décembre 2015, lors d’une session parallèle à la conférence des Nations Unies sur le climat à Paris, May Boeve, directrice exécutive de 350.org, s’est jointe à Heintz pour célébrer la décision de la fondation de se désengager. « Un nombre croissant d’investisseurs représentant une quantité croissante de capitaux ne veulent plus être associés à cette industrie », a déclaré Boeve. Un coup d’œil sur le dernier dépôt financier public du Rockefeller Brothers Fund, datant de 2018, a offert un aperçu clair du tour de passe-passe que le désinvestissement a entraîné.

Selon le dépôt, alors que les frères Rockefeller se sont délestés des combustibles fossiles, la fondation est restée investie dans des sociétés telles que le géant des services pétroliers Halliburton, le partenariat multinational de transport pétrolier Inter Pipeline Ltd, dirigé par Koch, et Caterpillar, dont les bulldozers sont familiers des scènes de déforestation et de démolitions de maisons palestiniennes. (Plusieurs ONG qui prônent le désinvestissement des entreprises impliquées dans l’occupation israélienne de la Palestine, telles que +972 Magazine et la Campagne Américaine pour les Droits des Palestiniens, ont également reçu le soutien du Rockefeller Brothers Fund).

La fondation a étoffé son répertoire avec des actions chez des titans de l’industrie financière comme Citigroup et Wells Fargo, ainsi que Newcrest Mining, Barrick Gold, Wheaton Precious Metals Corporation et Agnico Eagle Mines.

Le Rockefeller Brothers Fund a investi au moins 20 millions de dollars dans Vision Ridge Partners, qui a lui-même investi dans une société de biomasse appelée Vanguard Renewables sous le couvert de « l’énergie renouvelable ». En décembre 2019, Vanguard Renewables a forgé un partenariat avec Dominion Energy – le géant de l’énergie dont le pipeline de la côte atlantique a été mis à l’arrêt en juin dernier grâce à une mobilisation environnementale – qui converti le méthane des fermes en gaz naturel.

Depuis que le Rockefeller Brothers Fund a répondu à l’appel de 350.org pour se désinvestir des combustibles fossiles en 2014, la richesse de la fondation a considérablement augmenté. Comme l’a rapporté le Washington Post, « les actifs du fonds Rockefeller Brothers ont augmenté à un taux annuel moyen de 7,76% sur la période de cinq ans qui s’est terminée le 31 décembre 2019 ».

Le résultat de la décision des Rockefeller, largement saluée, a établi un précédent pour d’autres organismes d’élite : en permettant à des organisations comme 350.org de les prendre par la main, ils ont pu blanchir leur image, se débarrasser de leurs actions sales liées aux industries des combustibles fossiles, décrites par les analystes financiers comme « sous-performantes », et protéger leurs investissements dans les industries à forte croissance comme l’exploitation minière, les services pétroliers et la biomasse.

McKibben, pour sa part, a présenté le désinvestissement des combustibles fossiles comme une stratégie gagnante-gagnante pour la classe capitaliste : « Les organismes qui se sont débarrassés des combustibles fossiles ont vraiment bien réussi financièrement, parce que l’industrie des combustibles fossiles a été la moins performante de notre économie… Même si vous ne vous souciez pas de détruire la planète, vous voudriez en sortir parce qu’elle ne fait que perdre de l’argent. »

Blood et Gore plaident pour une « cupidité à long terme ».

Dans un autre stratagème apparemment destiné à reverdir son image tout en gonflant ses actifs, le Rockefeller Brothers Fund a investi plus de 100 millions de dollars dans le Generation Investment Management’s Generation Climate Solutions Fund II et le Generation IM Global Equity Fund. Ces entités sont gérées conjointement par Al Gore, l’ancien vice-président américain qui a négocié une célèbre échappatoire en matière de compensation carbone lors du protocole de Kyoto sur le climat de 1997, qui a été blâmé pour le rejet de 600 millions de tonnes d’émissions excédentaires. AlGore a lancé le fond aux côtés de David Blood, l’ancien PDG de la gestion d’actifs de Goldman Sachs, afin de promouvoir un capitalisme respectueux du climat.

Dans un portrait de 2015 du fond de Generation Investment Management de Blood et Gore, James Fallows, de The Atlantic, y décrit leur stratégie d’investissement comme « une démonstration d’une nouvelle version du capitalisme, qui poussera les opérations financières et commerciales » vers une économie « verte » rentable – tout en sauvant potentiellement le système capitaliste de lui-même. La réponse de Blood a été brusque lorsqu’on lui a demandé quel était son programme : « Nous plaidons pour la cupidité à long terme. »

Le banquier Blood et le gourou vert McKibben ont partagé une scène ensemble lors de la conférence 2013 de Ceres, une association à but non lucratif qui travaille à consolider la relation mutuellement bénéfique entre les grands groupes environnementaux et Wall Street.L’événement a rassemblé des dirigeants de sociétés comme Pacific Gas & Electric (PG&E) et GM. Parmi les sponsors figuraient Bank of America, PG&E, Bloomberg, Citi, Ford, GM, Prudential, Wells Fargo, TimeWarner et un ensemble d’entreprises du Fortune 500.

Au cours de leur conversation, l’investisseur Blood s’est engagé à mettre « quelque chose de l’ordre de 40 à 50 000 milliards de dollars de capitaux » dans les énergies renouvelables, soulignant ainsi la gigantesque source de profits que représente une transition vers les énergies « vertes ». »Cela dépend entièrement du type de volonté politique que nous pouvons rassembler », a proclamé M. McKibben, qui s’est engagé à travailler à la réalisation de l’objectif de Blood.

Le spectacle troublant de McKibben discutant des possibilités de profits de plusieurs milliards de dollars avec un ancien banquier de Goldman Sachs a été mis en avant dans « Planet of the Humans » et a sans aucun doute contribué à alimenter la lapidation du documentaire par le réseau du fondateurde 350.org.Cependant, McKibben était loin d’être seul parmi les combattants de la justice climatique dans ses fricotages avec la classe des milliardaires.

Une « poignée » soutenu par des fondations.

Avant que Josh Fox ne lance son assaut médiatique contre « Planet of the Humans », il a réalisé un long métrage documentaire pour 350.org, intitulé « Divest » (« Désinvestir »). Pour le film de 2016, Fox a suivi McKibben et ses alliés comme Naomi Klein alors qu’ils s’embarquaient dans un voyage à travers le pays pour promouvoir le désinvestissement des combustibles fossiles.

Les liens de Fox avec les militants professionnels s’étendent au réseau de financement autour de l’Environmental Grantmakers Association. Entre 2012 et 2017, la société de cinéma de Fox, International WOW, a fait état de subventions s’élevant à 2,5 millions de dollars. Une grande partie de ce financement est venue du Rockefeller Brothers Cultural Innovation Fund et du Rockefeller MAP fund, ainsi que des fondations Ford et Park.

En 2012, l’année où Fox et ses alliés ont lancé leur campagne de promotion de désinvestissement des combustibles fossiles, il a cofondé un groupe de défense de l’environnement appelé « Solutions Project ». Il a conçu l’organisation aux côtés du célèbre acteur Mark Ruffalo, de l’ancien directeur de Tesla, Marco Krapels, et de Mark Jacobson de l’université de Stanford – le professeur à l’origine de la douteuse projection sur les énergies renouvelables pour 2050.

Selon Fox, les quatre fondateurs ont réuni une cagnotte de démarrage à partir de la Fondation Leonardo DiCaprio, de l’acteur de cinéma éponyme, et de la Fondation 11th Hour du PDG de Google, Eric Schmidt, et de sa femme, Wendy. Fox a déclaré qu’après une lutte intestine et une tentative de le forcer à quitter l’organisation dans le but de collecter plusieurs millions auprès du Sierra Club, lui, Krapels et Jacobson ont finalement quitté l’organisation.

Krapels a depuis lancé une entreprise de batteries électriques au Brésil – un autre pays détenant une réserve massive de lithium et d’autres minerais nécessaires à ses produits. Ces dernières années, le Brésil a connu une ruée de l’exploitation du lithium grâce à la forte demande de batteries lithium-ion. L’ancien partenaire de Krapels dans le désastreux projet Solar City de Tesla, Elon Musk, a annoncé son intention de construire cette année une usine de voitures électriques au Brésil. Musk aurait même sollicité une audience auprès du président d’extrême droite du pays, Jair Bolsonaro, pour promouvoir ses intérêts commerciaux.

Aujourd’hui, le Solutions Project est « 100% co-opté et vendu », a reconnu Fox. En effet, le conseil d’administration du groupe comprend actuellement Brandon Hurlbut, un ancien fonctionnaire du département de l’énergie d’Obama qui a fondé Boundary Stone Partners – une société de lobbying qui représente l’industrie nucléaire. Billy Parish, le fondateur de Mosaic, une société financière qui déclare avoir pour mission de révolutionner deux des plus grandes industries du monde : l’énergie etla finance, fait également partie du conseil d’administration. Le site web de Mosaic précise: « Nous nous concentrons sur l’association de faire le bien (pour la planète) et de bien réussir (financièrement) ».

Selon son site web, la Fondation Elon Musk fait partie des bailleurs de fonds du Solutions Project. L’organisation décrit Musk comme « le gars qui essaie de sauver l’humanité de quatre ou cinq façonsdifférentes », le comparant à un super-héros des comics Marvel.En réalité, Musk est un féroce anti-syndicaliste qui a récemment licencié des travailleurs parce qu’ils étaient restés chez eux lors de la pandémie de Covid-19 – mais pas avant de leur avoir fait croire qu’ils avaient la permission de se mettre en quarantaine en toute sécurité.

La fondation Skoll Global Threats, géré par le milliardaire d’eBay Jeffrey Skoll, soutient également le Solutions Project. Skoll a financé le film d’Al Gore sur le changement climatique, « An Inconvenient Truth », qui est entré en production peu après que Gore ait lancé son fond pour Generation Investment Management – une vérité dérangeante signalée par « Planet of the Humans ». La fondation « 11th Hour Project » du PDG de Google, Eric Schmidt, et de son épouse, continue de soutenir le « Solutions Project » après avoir réuni le capital de départ nécessaire à son lancement. Interrogé en 2014 sur les inégalités et les bouleversements que les jeunes start-up causent à la Bay Area à San Fransisco, où se trouve Google, Schmidt a répondu : « Célébrons le capitalisme. 19 milliards de dollars pour 50 personnes ? Tant mieux pour eux ».

Lorsque je l’ai confronté à la cooptation du mouvement pour la justice climatique par des techno-oligarques comme Skoll, Schmidt et Musk, Fox s’est mis sur la défensive. « Vous devez voir cette histoire comme un continuum temporel où nous essayons de prendre de l’ampleur, quelque chose deplus grand que ce que quiconque a jamais essayé de faire dans le monde », a-t-il déclaré, faisant référence à son combat et à celui de ses alliés contre l’industrie des combustibles fossiles. « Ils sont plus grands que l’Allemagne nazie, plus grands que l’Amérique. Plus grands que tous ces pays réunis. Nous sommes une poignée de personnes extraordinairement engagées et nous sommes prêts à risquer nos vies pour mettre fin à l’industrie des combustibles fossiles.

« Oui, c’est vraiment louable », a poursuivi Fox, en évoquant ses propres efforts, « et pour un crieur derue multimillionnaire, comme Bill McKibben aime appeller Michael Moore, tirer un portrait au vitriol en utilisant une science erronée, des techniques malhonnêtes, une représentation fallacieuse de la chronologie et mille autres choses qui sont des fautes de journalisme et qui ont été dénoncées par un nombre extraordinaire de personnes – voilà ce qui est vrai là-dedans. Le vrai tyran, c’est Michael Moore ici. Ce n’est pas moi ».

Le producteur.

Cette année, Josh Fox a lancé un one-man show et un film intitulé « The Truth Has Changed ». Selon le matériel promotionnel du spectacle, Fox y raconte son expérience en tant que « témoin oculaire del’histoire » qui « a fait l’objet d’une campagne de diffamation de 100 millions de dollars de la part de l’industrie du pétrole et du gaz ». « Josh Fox était le bêta-testeur des genres de propagande et de diffamation pour lesquels la bande quia créé Cambridge Analytica est maintenant mondialement connue », peut-on lire sur le site web du film. « Et Josh raconte son histoire sans compromis comme jamais auparavant. »

Le spectacle devait se dérouler en janvier dernier dans l’un des lieux les plus réputés du pays pour les représentations engagées, le Public Theater de New York. Mais le spectacle a été brusquement annulé après que le Public Theater ait accusé Fox de violer le code de conduite du théâtre par « une série d’abus verbaux envers le personnel ». Fox, qui est juif, a riposté en accusant les directeurs du théâtre d’antisémitisme. Selon le New York Times, Fox « a dit qu’on lui avait reproché d’être trop passionné, trop bruyant et trop émotif ». « Pour moi, c’est une distinction culturelle », a déclaré Fox au journal. « C’est un trope antisémite classique. »

Derrière l’histoire de l’annulation du one-man-show, un fait plus important est resté en arrière-plan. Le producteur exécutif de « The Truth Has Changed » était Tom Dinwoodie, un riche entrepreneur et ingénieur en « technologies propres » qui possède des dizaines de brevets dans le domaine des technologies solaires, et qui allait donc récolter des bénéfices exceptionnels grâce à la révolution des énergies renouvelables pour laquelle Fox et ses alliés faisaient campagne.

Dinwoodie, qui a signé la lettre de Fox appelant au retrait de « Planet of the Humans », était un des principaux donateurs du Rocky Mountain Institute, un « do-tank » où il est l’un des principaux administrateurs. En 2014, M. Dinwoodie a contribué à superviser la fusion de son groupe de réflexion avec le Carbon War Room du milliardaire Richard Branson, PDG de Virgin, qui a été fondé avec « une mission de stimulation des interventions sur le marché par les entreprises qui font progresser une économie à faible émission de carbone ».

« De plus en plus, les solutions au changement climatique sont les mesures politiques qui stimulent la croissance économique », déclare un porte-parole dans une vidéo annonçant le partenariat stratégique entre l’association à but non lucratif de Branson et le « do-tank » de Dinwoodie Rocky Mountain. Dans la même vidéo, le milliardaire Tom Steyer, ancien candidat à la présidence du Parti Démocrateet donateur du Rocky Mountain Institute, a rappelé la motivation du profit derrière la transition versles énergies renouvelables : « Changer la façon dont nous produisons et utilisons l’énergie est la plus grande industrie de l’histoire du monde. Il n’y a pas de temps à perdre ».

Le 9 juillet dernier – le lendemain de la publication des recommandations politiques du groupe de travail de l’unité Biden-Sanders – le Rocky Mountain Institute a lancé le Center for Climate Aligned Finance en partenariat avec quatre des plus grandes banques du monde : Wells Fargo, Goldman Sachs, Bank of America et JPMorgan Chase.Selon Rocky Mountain, l’initiative servira de « salle des machines pour que le secteur financier s’associe aux entreprises clientes afin d’identifier des solutions pratiques grâce à des partenariats approfondis avec l’industrie, la société civile et les décideurs politiques pour faciliter une transition de l’économie mondiale vers zéro émission nette d’ici le milieu du siècle ».

Ce partenariat a représenté une aubaine évidente pour les magnats de l’environnementalisme commeDinwoodie qui profitent des énergies renouvelables. Et pour les grandes banques qui continuent à figurer en tête de la liste des investisseurs les plus prolifiques dans l’industrie des combustibles fossiles, c’était une nouvelle occasion de redorer leur image.

Compte tenu des intérêts économiques représentés par Dinwoodie et son « do-tank », on comprend aisément qu’il ait signé la lettre de Fox appelant au retrait de « Planet of the Humans ». Le documentaire n’avait pas seulement fait de son partenaire politique, Richard Branson, un oligarque avisé en matière de relations publiques exploitant le mouvement environnementaliste ; il s’en prenait à l’éthique des organisations environnementales qui réconfortaient leurs bailleurs de fonds provenant des classes dirigeantes en leur promettant qu’ils pouvaient faire le bien tout en continuantà se remplir les poches.

Quand j’ai demandé à Fox pourquoi il pensait que les grands magnats des hautes technologies et leurs fondations familiales mettaient leur fortune au service de l’activisme climatique, il a répondu : « Probablement pour sauver la planète ».

La liaison danoise.

Alors que de riches hommes d’affaires « verts » comme Dinwoodie et Elon Musk ont fait avancer leurs intérêts commerciaux en souscrivant à des programmes de défense de l’environnement, la Fondation V. Kann Rasmussen et la Fondation KR (Kann-Rasmussen), qui lui est étroitement affiliée, ont stratégiquement orienté leurs ressources vers le développement d’un « qui est qui » des professionnels de la lutte contre le changement climatique – dont plusieurs ont joué un rôle dans la campagne de suppression de la « Planet of the Humans ».

Brian Valbjørn Sørensen, le directeur exécutif de la Fondation KR, était un ancien conseiller spécialdu gouvernement danois de centre-gauche qui a perdu le pouvoir en 2015. La présidente du KR, Connie Hedegaard, était l’ex-ministre du climat et de l’énergie du gouvernement de centre-droit danois d’Anders Fogg Rasmussen, qui a ensuite été secrétaire général de l’OTAN. En tant que première responsable du climat de l’Union Européenne, Hedegaard a fait valoir que les énergies renouvelables pourraient renforcer le pouvoir de l’OTAN contre la Russie en réduisant les importations de gaz naturel en provenance de l’État ennemi historique.

Le soutien de KR à des groupes comme 350.org a fait surface dans  » Planet of the Humans  » lors de l’embarrassante scène durant laquelle la journaliste Karyn Strickler interroge Bill McKibben sur les bailleurs de fonds de son organisation. Selon la Fondation KR, elle a fait un don de 2 millions de dollars à 350.org en 2019.

Toby Smith, le photographe qui a déposé la plainte contre Planet of the Humans pour des raisons explicitement « personnelles », se trouve être le directeur de la communication d’une organisation à but non lucratif financée par le KR et appelée Climate Outreach. Comme l’a déclaré la Fondation KR de la famille Rasmussen dans un récent rapport financier, elle a accordé des subventions totalisant près de 2 millions de dollars à Climate Outreach pour la seule année 2019.

Lorsque le chroniqueur britannique George Monbiot a publié un portrait au vitriol de « Planet of the Humans » dans The Guardian, il a omis de mentionner qu’il avait été membre du conseil d’administration du Climate Outreach soutenu par Rasmussen.La Fondation V. Kann Rasmussen a également soutenu l’organisation écologiste de Naomi Klein, The Leap, selon le site web de la fondation.

Klein, critique de longue date des fondations philanthropiques et de la classe des milliardaires, a été l’une des personnalités les plus importantes à se joindre à la campagne de censure de  » Planet of the Humans « . Comme son allié McKibben l’a reconnu, elle a fait pression sans succès sur Michael Moore pour qu’il retire  » Planet of the Humans  » avant même sa publication.

Klein a salué le gouvernement danois dont les dirigeants de la Fondation KR ont servi à faire avancer « certaines des politiques environnementales les plus visionnaires du monde ». Dans le mêmetemps, elle a dénoncé le « socialisme industriel autocratique » de l’Union Soviétique et le « pétro-populisme » du gouvernement socialiste du Venezuela, duquel le Danemark a reconnu le leader du coup d’État soutenu par les États-Unis, Juan Guaidó.

Les récents coups de gueule de Klein contre le Venezuela contrastent fortement avec la signature d’une lettre ouverte en 2004 qui proclamait « Si nous étions vénézuéliens… nous voterions pour [Hugo] Chavez » ; et une chronique en 2007 dans laquelle elle écrivait que grâce au gouvernement Chavez, « les citoyens ont renouvelé leur foi dans le pouvoir de la démocratie pour améliorer leur vie ».

Des écolos mainstream critiques aux opposants à  » Planet of the Humans « .

L’opposition de Naomi Klein à  » Planet of the Humans  » était surprenante compte tenu des opinions qu’elle a exprimées par le passé sur les mouvements environnementaux dominants. En 2013, par exemple, elle a déploré le « profond déni du mouvement écologiste au sein des grands groupes environnementaux [sur la manière de lutter contre le changement climatique] ». Et pour être très honnête avec vous », a-t-elle poursuivi, « je pense que cela a été plus dommageable que le déni de la droite en ce qui concerne le terrain que nous avons perdu ».

Dans son livre « La Stratégie du Choc », largement acclamé en 2008, Klein documente le rôle de la Fondation Ford en tant que relais de la CIA qui aurait contribué à la création du Centre d’études latino-américaines de l’Université de Chicago.

Le département universitaire financé par Ford a nourri les tristement célèbres « Chicago Boys », un groupe d’économistes néolibéraux dirigé par Milton Friedman qui a conçu la désastreusement capitaliste « stratégie du choc » qui a inspiré le titre du livre de Klein. Ils ont appliqué leur programme au Chili en tant que conseillers économiques du général Augusto Pinochet après son coup d’État militaire soutenu par la CIA visant à détruire le gouvernement de gauche du président chilien Salvador Allende.

Klein a également étudié le soutien de la Fondation Ford à la « mafia de Berkeley » de l’Université deCalifornie qui conseillait la junte ultra-répressive du général Suharto, qui a renversé le gouvernement socialiste indonésien en 1965. »La mafia de Berkeley avait étudié aux États-Unis dans le cadre d’un programme qui a débuté en 1956, financé par la Fondation Ford… » écrit Klein. « Les étudiants financés par Ford sont devenus les leaders des groupes du campus qui ont participé au renversement de Sukarno, et la mafia de Berkeley a travaillé en étroite collaboration avec les militaires dans la période précédant le coup d’État… »Henry Kissinger, le gourou de la politique étrangère de Nixon que Klein a identifié comme étant le cerveau de la guerre sale au Chili, avait auparavant été le directeur du Projet de Stratégies Spéciales du Rockefeller Brothers Fund, qui a aidé à concevoir les stratégies de sécurité nationale des États-Unis pour contrer la propagation du communisme.

Aujourd’hui, la Fondation Ford et le Rockefeller Brothers Fund soutiennent toute une série de causes libérales, depuis les programmes de diversité et de justice raciale jusqu’au réseau d’ONG qui œuvrent pour le désinvestissement des combustibles fossiles. Dans le même temps, la Fondation Ford soutient des organisations qui visent à provoquer un changement de régime en Amérique latine, en s’associant au gouvernement américain pour financer Freedom House, une ONG basée à Washington qui a soutenu le coup d’État manqué visant à renverser le gouvernement de gauche élu au Nicaragua en 2018. Pour sa part, le Rockefeller Brothers Fund a soutenu la Syria Campaign, une agence de relations publiques qui a réclamé une intervention militaire américaine pour renverser le gouvernement syrien pourtant reconnu par les Nations Unies.

En 2011, lorsque Klein a été nommée au conseil d’administration de 350.org, elle s’est associée à une organisation environnementale créée par le Rockefeller Brothers Fund et soutenue par la Fondation Ford. Comme le dit le fondateur de 350.org, Bill McKibben, « si nous ne nous attaquons pas à la « pollution monétaire », aucune campagne contre la pollution réelle n’a de chance », écrivait alors Klein.Le livre et le film documentaire de Klein sur le changement climatique de 2015, « This Changes Everything », a été initialement lancé sous la forme d’un projet appelé « The Message ». Il a été soutenu par des centaines de milliers de dollars de subventions provenant d’un cercle très fermé de grandes fondations familiales qui aident à soutenir l’appareil politique de McKibben.

Parmi les nombreuses subventions accordées au projet de livre et de film, le Rockefeller Brothers Fund a contribué à hauteur de 50 000 dollars à « The Message » par l’intermédiaire d’une organisationà but non lucratif appelée Sustainable Markets Foundation.

Susan Rockefeller a été co-productrice exécutive de la version documentaire de « This Changes Everything ». Son mari, David Rockefeller Jr., est le fils du magnat David Rockefeller, qui a cofondéle Rockefeller Brothers Fund et a contribué à soutenir le coup d’État américain qui a mis Pinochet etles Chicago Boys au pouvoir au Chili. Rockefeller Jr. est un soutien majeur des causes de préservation de l’environnement, il a été président du Rockefeller Brothers Fund et membre du conseil d’administration de Rockefeller Financial Services.En 2014, la Fondation Ford a contribué à hauteur de 250 000 dollars au projet de Klein.

« The Message » de Klein a également bénéficié d’un soutien de 140 000 dollars de la Fondation de lafamille Schmidt, qui regroupe le PDG de Google, Eric Schmidt, et sa femme, Wendy. La Fondation de la famille Schmidt est une contributrice permanente à 350.org. Elle leur a versé 200 000 dollars en 2018.En avril 2019, Klein a publié « A Message From The Future », une collaboration vidéo avec la députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez et l’artiste et consultante Molly Crabapple, qui a promu le Green New Deal comme une voie vers une utopie économique alimentée par des énergies renouvelables.

Crabapple, qui soutient avec conviction la campagne de Washington pour le changement de régime en Syrie, est une amie d’Eric et Wendy Schmidt à la New America Foundation, un groupe de réflexion lié au Parti Démocrate et financé en grande partie par Google, la Fondation Ford et le Département d’État américain.

Dans une récente chronique de The Intercept, Klein a pris Schmidt pour cible, le décrivant comme l’un des milliardaires faisant usage « d’une stratégie du choc de la pandémie » pour commencer à « construire une dystopie high-tech ». Elle a noté que Schmidt est étroitement lié à la sécurité nationale en tant que président du Conseil d’Innovation en Matière de Défense, qui est consultant pour le Pentagone au sujet des applications militaires de l’intelligence artificielle.

Schmidt est également en faveur d’un réseau énergétique « intelligent » qui, selon lui, « modernisera leréseau électrique pour qu’il ressemble davantage à Internet ». Un tel modèle profiterait non seulement aux entreprises comme Google, qui gagnent de l’argent en achetant et en vendant des données, mais aussi à la Sécurité Nationale de l’État américain, dont les partenariats avec les grandes entreprises high-tech augmentent la capacité de ses appareils de surveillance.

La version du Sénat du Green New Deal préconise la construction de réseaux électriques « intelligents » presque exactement comme ceux imaginés par Schmidt. Klein et d’autres partisans très en vue du Green New Deal ont négligé de mentionner que cette composante, apparemment bénigne du plan en apparence bien intentionné, pourrait représenter un pas de géant vers la « dystopie high-tech » des barons de la Silicon Valley et de leurs partenaires de la Sécurité Nationale.

En mai 2018, Klein est devenu titulaire de la chaire Gloria Steinem en médias, culture et études féministes à l’université Rutgers. Le poste a été créé « à la suite d’une campagne de trois ans et de trois millions de dollars… comprenant la participation d’une douzaine de fondations ». Parmi les « premiers contributeurs », selon Rutgers, figurait la Fondation Ford.

Des magnats comme Sheryl Sandberg, directrice générale de Facebook et défenseuse du féminisme d’entreprise « Lean In », et Harvey Weinstein, magnat d’Hollywood, condamné en mars dernier à 23 ans de prison pour agression sexuelle au premier degré, ont également contribué à la dotation. SelonRutgers, Weinstein a offert « un cadeau de 100 000 dollars en l’honneur de sa défunte mère, qui partageait les espoirs de Gloria Steinem pour l’égalité des femmes ».

J’espérais avoir une conversation avec Klein, une ancienne collègue de l’Institut de la Nation, sur son opposition réflexive à un documentaire qui avançait bon nombre des mêmes arguments que ceux qui figuraient dans ses écrits passés. L’attention exclusive portée aux émissions de carbone parles professionnels de la lutte contre le changement climatique n’était-elle pas une approche aveugle qui ignorait les dommages environnementaux inhérents à la production de technologies renouvelables encore non éprouvées ? Les magnats des « technologies propres » n’avaient-ils pas intérêt à promouvoir une transition mondiale vers les produits renouvelables que leurs entreprises fabriquent ? Et lorsqu’elle avait clairement articulé les problèmes avec les militants environnementaux soutenus par des milliardaires, pourquoi Klein avait-elle choisi un réseau politique qui semblait l’incarner ?

En réponse à mes courriels, j’ai reçu une réponse automatique m’informant que Klein était « hors réseau » et étais redirigé à son assistant personnel.Selon Fox, les figures du combat climatique très en vue comme McKibben et Klein n’avaient aucun intérêt à me parler de leur opposition au film parce que « c’était il y a quatre mois, mec, tout le monde est passé à autre chose ».

Voir du « vert » en Biden

En août, les membres du réseau professionnel de défense du climat qui voyait ses intérêts menacés par  » Planet of the Humans  » se préparaient à une production à l’écran beaucoup plus élaborée qui promettait de nouvelles opportunités.Dans les semaines précédant le Congrès National Démocrate, des organisations pour la justice climatique comme le Sunrise Movement 501 c-4, qui est apparu dans l’ombre de la course à la présidence du sénateur Bernie Sanders et a dénoncé l’ancien vice-président Joseph Biden comme étant un instrument de l’establishment, ont soudainement changé de ton.

Le 14 juillet dernier, le co-fondateur du Sunrise Movement, Varshini Prakash, a déclaré que Biden avait reçu de l’argent de milliardaires du Parti Démocrate, le jour où il a rendu public son plan d’énergie propre : « Ce n’est un secret pour personne que nous avons critiqué les plans et les engagements du vice-président Biden dans le passé. Aujourd’hui, il a répondu à nombre de ces critiques : en augmentant de façon spectaculaire l’ampleur et l’urgence des investissements… Notre mouvement, aux côtés des groupes pour la justice environnementale et des travailleurs, a appris à Joe Biden à tenir la barre ».

Alors qu’il se présente comme un mouvement de base qui a organisé des actions anti-establishment mettant en scène des figures centristes comme la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, le Sunrise Movement a été lancé grâce à une subvention du Sierra Club, le poids lourd de l’organisation des mouvements environnementaux soutenu par Mike Bloomberg. Aujourd’hui, les bureaux des deux organisations sont situés à un étage l’un de l’autre dans le même bâtiment du centre-ville de Washington DC.

Avant le Congrès National Démocrate, la campagne de Biden a introduit un plan de 2 000 milliards de dollars qui promet d’investir massivement dans les technologies renouvelables pour parvenir à « un secteur de l’électricité sans pollution par le carbone d’ici 2035 ». Le plan promettait d’ériger 500 millions de panneaux solaires dans les cinq prochaines années ainsi que 60 000 nouvelles turbines éoliennes. Avec la chute de la demande en énergie solaire due à la pandémie de coronavirus, la perspective de subventions gouvernementales massives était une très bonne nouvelle pour les magnats des « technologies propres » qui parrainent les organisations de défense du climat associées au Parti démocrate.

Beaucoup de ces millionnaires et milliardaires verts avaient festoyé dans le creux du plan de relanced’Obama, qui était directement responsable de la montée en puissance de l’industrie solaire américaine. Après avoir promis, lors de son investiture, d’investir 150 milliards de dollars dans « un nouveau secteur d’activité pour l’énergie verte », Obama a accordé une subvention de 4,9 milliards de dollars à Tesla, propriété d’Elon Musk, et une garantie de prêt de 1,2 milliard de dollars à SunPower US, propriété de Tom Dinwoodie, pour la construction du California Valley Solar Ranch.En juin 2019, un « incident aviaire » a provoqué un incendie dans le complexe du SunPower Solar Ranch, qui a touché plus de 485 hectares et neutralisé 84 % de la capacité de production pendant plusieurs semaines.

« Planet of the Humans » dévoile aux téléspectateurs l’histoire troublante de la centrale solaire d’Ivanpah, une initiative qui faisait partie du plan d’énergie verte d’Obama et dont Google est copropriétaire. Dotée de 1,6 milliard de dollars de garanties de prêts et de 600 millions de dollars decrédits d’impôt fédéraux, Ivanpah a été construite sur neuf kilomètres carrés de terrain public vierge à proximité de la réserve nationale de Mojave en Californie. Au cours de sa première année d’existence, cette gigantesque usine a produit moins de la moitié de l’énergie prévue, tout en brûlant plus de 6000 oiseaux à mort.

En raison de l’intermittence inhérente à l’énergie solaire, le gargantuesque système énergétique a dû brûler d’énormes quantités de gaz naturel pour maintenir son système en marche même lorsque le soleil ne brille pas. Malgré sa dépendance aux combustibles fossiles, Ivanpah est toujours considérée comme une centrale à énergie renouvelable selon les normes de l’État. »Le public ne s’attendait pas à ce que ce projet consomme autant de gaz naturel », a déclaré à la presse locale David Lamfrom, responsable du désert californien pour l’Association pour la Conservation des Parcs Nationaux. « Nous ne savions pas vraiment que c’était ce pour quoi nous nous engagions ».

Même après que l’administration Obama ait investi des milliards de dollars dans des projets solaires,la production d’énergie solaire n’a augmenté que de 0,88 % entre 2008 et 2016 par rapport à la production totale d’énergie américaine. Pendant ce temps, dans tout le pays, de nombreux nouveaux projets éoliens restent bloqués en raison des préoccupations des communautés concernant la destruction des terres. Dans l’État d’origine du sénateur Bernie Sanders, partisan du Green New Deal, le seul projet éolien restant a étéannulé en janvier dernier.

Pour avoir soulevé des questions sur l’efficacité et le coût environnemental de tels dispositifs d’énergies renouvelables et proposé une solution explicitement anticapitaliste à la destruction de la planète par les entreprises, les auteurs de  » Planet of the Humans  » ont été passés au crible par un réseau d’activistes professionnels du climat, d’investisseurs milliardaires et d’employés de l’industrie.Aujourd’hui, alors que la campagne Biden promet un nouveau flot de subventions et d’allégements fiscaux en faveur des énergies renouvelables sous les auspices d’un plan d’énergie « propre », le public reste dans l’ignorance de ce à quoi il s’engage. Même si ce programme ambitieux ne parvient pas à produire un bénéfice substantiel pour l’environnement, il promet à une classe croissante d’investisseurs verts une nouvelle occasion de s’engraisser convenablement.

Lien vers l’article original

5 1 voter
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments